webleads-tracker


Hôtellerie-restauration: le principal syndicat patronal contre un "mariage forcé" avec d'autres organisations

Services

Le chef étoilé Thierry Marx, président du principal syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration, l'Umih, s'est dit "irrité" face à la récente fusion de trois autres organisations du secteur qui ont appelé à l'union, déclarant refuser tout "mariage forcé", alors que la "maison commune existe déjà" et "s'appelle l'Umih".

Le GNI, qui revendique 12.016 entreprises indépendantes de l'hôtellerie-restauration adhérentes, le SNRPO (chaînes de restauration libre-service, cafétérias, 1.116 établissements adhérents) et le SNRTC (restauration thématique et commerciale, 1.930 adhérents) ont annoncé ces derniers jours fusionner en une nouvelle organisation professionnelle dénommée le "Groupement des Hôtelleries et Restaurations de France" (GHR).

Mardi à Brest, devant 550 professionnels réunis jusqu'à jeudi pour le congrès de l'Umih -qu'il préside depuis le 27 octobre-, Thierry Marx a affirmé avoir "découvert" le 14 novembre lors de sa venue au congrès du GNI à Lyon, cette "fusion très discrètement préparée".

"Quelle drôle de manière de procéder pour reprendre des discussions entre nos organisations patronales", s'est exclamé le chef. "Je suis plutôt quelqu'un de calme et de posé: je ne suis pas en colère, je suis irrité, une limite a été franchie et je refuse qu'on nous traite de cette façon", a-t-il lancé à la tribune.

L'Umih qui revendique 35.000 entreprises adhérentes, est "le premier syndicat patronal du secteur", présent "dans tous les départements" avec "deux tiers des entreprises syndiquées du secteur CHR (cafés, hôtels, restaurants)" a poursuivi M. Marx, ajoutant: "Nous pesons lourd".

"L'union de tous les acteurs est un gage de responsabilité et d'efficacité, mais soyons clairs: pas à n'importe quel prix, et surtout pas, je le rappelle gentiment à Monsieur le ministre de l'Économie et des finances, au prix d'un mariage forcé avec qui que ce soit", a-t-il affirmé sous les applaudissements.

Lors d'un message vidéo diffusé au congrès du GNI, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait appelé "d'autres organisations professionnelles à rejoindre le GHR".

"La maison commune existe déjà, elle a des fondations solides (...) on accueille tout le monde et on s'appelle l'Umih, tout simplement", a conclu Thierry Marx.

Le patronat du secteur s'était déjà déchiré début juillet sur un accord concernant une complémentaire santé qui prévoyait une augmentation significative de la cotisation patronale. Cet accord avait été rejeté par l'Umih et le GNC (Groupement national des chaînes hôtelières) et les signataires, GNI et le SNRTC, avaient alors dénoncé "une remise en cause irresponsable" aux "conséquences gravissimes".

© 2022AFP